Dans l’article qui suit, nous allons voir 4 raisons fréquentes mais peu connues qui peuvent expliquer vos douleurs d’épaule.
Ces raisons vous concernent si vous ressentez des douleurs depuis quelques temps que ce soit à l’avant de l’épaule, sur le côté, ou même en arrière de l’articulation.

1. La position de votre épaule n’est pas bonne

Le fléau de notre société moderne: la position des épaules vers l’avant
La raison principale est notre temps passé en positon assise, principalement devant un clavier. Penché vers l’avant, concentré sur la tâche et aspiré par un écran d’ordinateur.
Dans cette posture, les muscles de l’avant de l’épaule ainsi que de la poitrine sont constamment en tension
Mention spéciale au petit pectoral, très important dans la posture, qui tracte véritablement l’ensemble de l’épaule et de l’omoplate vers l’avant.

Faites le test: observez-vous de profil et vérifiez si votre épaule est davantage déporté vers l’avant. 
Vous pouvez aussi appuyer sous la clavicule avec vos doigts. Si vous ressentez des tensions, votre muscle petit pectoral est probablement spasmé.

Il vous faudra modifier l’ergonomie du bureau : améliorer le placement du siège, de la hauteur du bureau, du placement de l’écran. 
Et très important: effectuer des étirements et mouvements qui vont balancer l’équilibre des tensions. Comme étirer les muscles trop « raccourcis », et renforcer les muscles dits antagonistes(opposés) pour rétablir la bonne position de l’épaule.


2. Votre acromion est trop « couvrant »

C’est une cause peu connue car elle est le fruit de recherche plutôt récente
Si votre acromion a une forme trop « couvrante », cela réduit l’espace sous l’acromion. Ce qui peux amener des frottements excessifs de certains tendons.

La probabilité de développer des tendinites et bursites de l’épaule est donc plus élevée

Que faire dans cette situation? 
Sans imagerie, il est difficile de confirmer à 100% cette cause. Mais, si les douleurs dans cette zone reviennent souvent, et principalement sur des mouvements spécifiques (comme lever le bras au dessus de la tête), alors on peux suspecter un espace sous acromial réduit.

La solution sera donc d’abord d’éviter tous les mouvements et exercicesqui ferment davantage cet espace pour ne pas aggraver le frottement des tendons.
Puis vous devrez décomprimerau maximum cet espace par des manipulations spécifiques, redonner de la mobilité aux articulations voisines et certainement renforcer les muscles qui servent à abaisser l’épaulepour ouvrir davantage cet espace.


3. L’articulation est « rétractée »

On retrouve principalement ce phénomène dans le syndrome de l’épaule gelée (aussi appelée capsulite rétractile). 
La capsule, qui est une enveloppe entourant l’articulation peux se rétracter, s’enflammer et devenir peu extensible. Ce qui diminue grandement tous les mouvements de l’épaule et provoque de fortes douleurs dans l’épaule.

On assiste aussi à une petite rétraction de la capsule lorsqu’on manque d’activité, et lorsqu’on passe beaucoup de temps dans une posture immobilisée comme assis à un bureau (ce qui rejoint la cause numéro 2).

L’essentiel sera de redonner de la mobilité générale à l’épaule, travailler la souplesse de l’articulation, détendre les muscles autour et retrouver l’équilibre du complexe de l’épaule.


4. Sportifs: vos exercices ne correspondent pas à votre morphologie

La morpho-anatomie : un concept encore peu répandus dans le grand public, et qui pourtant fait toute la différence dans la prévention des blessures et la guérison des douleurs.
Nous avons tous des longueurs d’os, des longueurs et insertions musculaires différentes. Ce qui n’est pas sans conséquences sur l’exercice et l’activité que l’on pratique.

Prenons un exemple simple : le benchpress.
Si vous avez des avant-bras longs, vous serez obligés de descendre très bas les coudes pour effectuer le mouvement au complet. 
Contrairement à quelqu’un ayant les avant-bras courtsoù l’amplitude du mouvement sera courte et peu dangereuse.

Le problème des grandes amplitudes: les muscles de la poitrine risquent le sur-étirement, et l’articulation de l’épaule se retrouve dans une positon fragile et précaire. 

Le risque principal est le déchirement du muscle pectoral. Mais aussi de développer une tendinite à l’épauleen complément d’un développement musculaire déséquilibré et non harmonieux.

La solution reste d’adapter ses exercices et l’amplitude à sa morpho-anatomie, et d’éviter les exercices qui sont néfastes en terme de mécanique pour votre morphologie. 
Approchez-vous d’un spécialiste en morpho-anatomie pour connaitre vos points forts et faibles afin de pratiquer votre sport en toute santé.


N’attendez plus vous trouver la cause et la traiter

En espérant que ces 4 points importants vous ont aidé à y voir plus clair dans vos douleurs est dans la compréhension de vos blessures.
La difficulté principale est de connaitre la vraie cause de ses douleurs, afin de mettre en place les bonnes solutions, qui seront personnalisées, et adaptés à vous afin de récupérer le plus rapidement possible.

N’attendez plus et prenez rendez-vous maintenant pour une consultation afin de trouver la cause de votre douleur et de la traiter en profondeur:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *